×
Informations légales

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de "cookies". Cette information, qui pourrait être à propos de vous, de vos préférences, ou de votre appareil internet (ordinateur, tablette ou mobile), est principalement utilisée pour faire fonctionner le site comme vous le souhaitez. Vous pouvez en savoir plus sur la façon dont nous utilisons les cookies sur ce site, et empêcher la mise en place de cookies non essentiels, en cliquant sur l'onglet "Gestion des cookies" ci-dessus. Cependant, cela peut avoir un impact sur votre expérience du site et sur les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Scroll To Top

Terre, Terreau, Compost : que veulent vos plantations ?

Terre végétale dans les mains

Terre, terreau, compost … Que recouvrent réellement ces différentes appellations ? Et surtout, quand faut-il utiliser du compost ou du terreau ? Pour quel type de plantations ? Autant de questions (avec leurs réponses !) qui sont abordées dans le dossier ci-dessous.


1. COMPRENDRE LA COMPOSITION DE VOTRE SOL

Avant de définir les particularités des terres, terreaux et compost, il s’agit d’identifier le type de sol qui va accueillir vos plantations. Un sol est constitué de 2 niveaux : le sous-sol où pousseront les racines longues et où sera stockée une réserve d’humidité, et la couche supérieure que vous allez travailler (retourner, ameublir, enrichir en engrais). Cette couche est constituée de 4 éléments principaux : sable, argile, humus, calcaire. Selon que la terre contient plus ou moins chacun de ces 4 éléments, on pourra la qualifier de :

  • TERRE ARGILEUSE : terre lourde, très dure quand elle est sèche, collante quand elle est humide. Favorable à la pousse des boutons d’or, pâquerettes, joncs, liserons. Retenant bien l’eau, cette terre évite le dessèchement des racines. C’est une terre très fertile et riche en nutriments. Revers de la médaille : elle n’est pas bien drainée et peut aussi vite être engorgée en cas de fortes pluies. D’autre part, sa dureté et son caractère compact la rendent plus difficile à travailler.
    >> Conseil : ajouter du sable et des particules organiques.

  • TERRE SABLEUSE : c’est une terre « friable », qui n’a aucune cohésion ou compacité, à l’inverse de la terre argileuse. Elle ne retient pas l’eau, ce qui en été, nécessite de l’arroser beaucoup plus fréquemment et d’ajouter régulièrement des éléments fertilisants, car elle est pauvre en nutriments. Avantage en hiver : elle se réchauffe rapidement, permettant de sauvegarder des plantes frileuses.
    >> Conseil : ajouter du compost ou du fumier, ainsi que de l’engrais.

  • TERRE CALCAIRE : un sol calcaire contient de 10 à 30% de carbonate de chaux. C’est un sol qui se dessèche rapidement en été et fait remonter en permanence des cailloux à la surface. Retenant mal les éléments fertilisants, ce sol calcaire est en outre toujours associé à de l'argile, ce qui rend cette terre collante et particulièrement pénible à travailler.
    >> Conseil : apporter très régulièrement de la matière organique (fumier ou compost).

  • TERRE ACIDE (humifère) : un sol est acide lorsque son taux d’acidité (pH) est inférieur à 7 (sur échelle allant de 1 à 14). On peut mesurer le taux d’acidité avec des outils adaptés, mais aussi en observant la présence de pensée sauvage, de jonc commun, de camomille romaine. Malheureusement, ce sol ne facilite pas la croissance des plantes, à cause notamment d’une faible activité de micro-organismes souterrains, une quasi absence des vers de terre, et la présence de certaines maladies.
    >> Conseil : ajouter du calcaire

En fonction de la qualité de votre sol, vous devrez ajouter différents éléments pour l’équilibrer et le rendre "apte" à faire pousser les plantes choisies. Attention : le choix des plantes devra tenir compte des caractéristiques du sol.

2. TERRE, TERREAU, COMPOST : QUELLE DIFFÉRENCE ?

Compost : quand la nature recycle ses déchets ...

Le compost est un produit 100% naturel et recyclé : il est issu de la dégradation de déchets organiques (végétaux ou animaux) qui se produit au fil du temps. Dans la nature, sans intervention humaine, les plantes meurent et se décomposent sur place, se transformant en humus qui va enrichir le sol. En forêt, l’humus est reconnaissable à sa couleur noire et à son odeur caractéristique de sous-bois.

Désormais, que ce soit en ville ou à la campagne, chacun peut composter ses déchets de cuisine (épluchures, etc) pour fabriquer son propre "engrais naturel" qui sera utilisable pour le potager ou les plantations du jardin. Cela demande la mise en place d’un composteur dans lequel les déchets organiques seront transformés en compost par les micro-organismes et petits insectes.

Par contre, pour des volumes plus importants (professionnels), il existe des entreprises spécialisées dans le recyclage des déchets verts, comme par exemple RACINE à Lyon. Ces entreprises récoltent les déchets verts provenant des paysagistes (taille d’arbres, arbustes, tontes de pelouses, feuilles mortes), mais aussi des déchetteries, et les transforment en compost selon des process normés et contrôlés.

Le compost sera utilisé en apport au sol en place pour l’enrichir, améliorer sa structure et apporter des substances nutritives aux plantes : on le qualifie donc d’amendement.

Terreau : un produit fabriqué à partir de matières naturelles

Chacun de ces éléments naturels a des caractéristiques spécifiques : c’est donc leur proportion dans la composition qui fournira les qualités attendues (plutôt drainant, plutôt aéré, léger, nutritif, etc).

  • Tourbe blonde : ce sont des plantes marécageuses décomposées et fossilisées. La tourbe hydrate et nourrit la plante, mais son usage doit être limité au maximum pour préserver cette ressource naturelle.
  • Compost de déchets végétaux : feuilles, déchets de tonte, et autres déchets végétaux décomposés et transformés en amendement
  • Fibre de bois : fibres permettant d’alléger le terreau, mais ne jouant aucun rôle nutritif (il vaut donc mieux privilégier une faible proportion lorsque vous choisissez votre terreau).
  • Fumier : matière organique augmentant le développement des cultures
  • Argile : aide à la régulation des besoins en eau des plantes
  • Sable : améliore le drainage

Les avantages du terreau sont multiples : il contient des engrais et oligo-éléments, il est léger, absorbe plus d’eau et retient bien les éléments nutritifs. Il est particulièrement recommandé pour les plantations en bac et jardinières, pour des opérations de rempotage ou pour des semis en pots.
Par contre, sur une terre en place, "propre" (sans gravats), l’ajout de compost ou fumier peut largement être suffisant. Il existe aussi des terres végétales "enrichies", c’est-à-dire des terres auxquelles on a ajouté du compost et qui sont utilisables pour tout type de plantation.

Vue en gros plan de différents terreaux

3. COMMENT CHOISIR VOTRE TERREAU

Un terreau de bonne qualité est de couleur sombre, presque noire. Généralement sa granulométrie est fine, sans éléments grossiers (cailloux, copeaux de bois ou autres éléments indésirables). Au niveau de sa consistance, il est souple, sans être trop friable, ni trop compact.

Pour les plantations en pleine terre : terreau ou compost ?

Chaque type de plante a des besoins spécifiques : pour réussir vos plantations, il faut avant tout créer les conditions adaptées à sa croissance. En priorité, le sol doit contenir assez de nutriments et drainer l’eau de manière optimale. Il faudra donc choisir les terreaux en fonction des caractéristiques du sol et de ce qui peut lui manquer. Souvent, si la terre est « propre » (débarrassée des gravats, débris éventuels, et mauvaises herbes), il suffira d’ajouter du compost ou du fumier pour l’enrichir. Autre exemple : si votre terre est lourde ou sableuse, vous pourrez également l’améliorer en y ajoutant du compost ou du fumier.

Pour les bacs et jardinières : quel type de terreau ?

Si vous plantez dans des jardinières ou bacs, vous aurez tout loisir d’opter pour un terreau adapté aux plantes que vous voulez y faire pousser. Vous trouverez ci-dessous une liste (non exhaustive) de terreaux utilisables dans des bacs et jardinières, mais aussi parfois pour des massifs :

  • Terreau universel : terreau « standard », en principe multi-usages. Mais il est conseillé quand même de lire les étiquettes car les taux de tourbe, de terre, de sable, de fertilisants peuvent varier selon les marques.
  • Terreau horticole : adapté pour les jardinières de fleurs ou massifs
  • Terreau pour semis et rempotage : une bonne terre de jardin n’est pas toujours adaptée pour les semis car trop dense. Il vaut mieux utiliser ce terreau spécifique car il est particulièrement léger, contenant du sable et souvent de la perlite ou de la vermiculite. Il conviendra pour les semences, bouturage ou repiquage, sur plaques ou en godets.
  • Terreau pour plantes vertes et plantes fleuries : terreau de bonne qualité, enrichi en engrais
  • Terre de bruyère : caractérisée par un pH faible, ce qui la rend idéale pour les plantes nécessitant un milieu acide. Mais cette terre s’assèche vite et a besoin de beaucoup d’eau (de pluie pour ne pas altérer son pH). Terreau pour cactus et plantes grasses : terreau riche en sable, permettant un bon drainage.

Peut-on réutiliser du terreau ayant déjà servi ? Ce n’est pas une bonne idée car le terreau utilisé a épuisé sa réserve d’éléments nutritifs : de plus, son pH a pu évoluer avec le temps, et il a pu être contaminé par une maladie du sol. Il vaut donc mieux toujours acheter un nouveau terreau.

Comparaison des caractéristiques et usages des terreaux

Ce tableau présente les principaux éléments constitutifs de terreaux vendus par Neoverda :

Tableau détaillant la composition de terreaux

>> Téléchargez le tableau



Ce 2e tableau compare différents terreaux vendus par Neoverda.

CaractéristiquespH

Rétention
en eau

Pour quel type de plantation
Terre végétale8571 ml / LTerre prête à planter : massifs, bacs (arbres, arbustes, vivaces)
En mélange : pour améliorer la longévité des terreaux
Terre de bruyère5,1760 ml / LPour les plantes acidophiles
Terreau plantation7,7648 ml / LA mélanger à la terre franche
Pour massifs extérieurs, plantes fleuries et arbustes
Terreau fleurissement7,4557 ml / LPour plantations en bacs extérieurs de plantes vivaces ou annuelles
Terreau universel8,2530 ml /Pour plantations extérieures et semis en pots
Substrat toiture végétalisée7,8231 ml / LPour plantes succulentes (type sédum, graminée ou bulbeuse) sur toiture
Terreau Jardinières & Bacs6320 ml / LPour le fleurissement des jardinières d’été
Terreau Semis & Bouture6380 ml / LPour le semis de plantes horticoles ou maraîchères
Terreau géranium6350 ml / LPour plantes à massifs et géraniums (repiquage, bouturage)
Terreau horticole aux 3 fumiers7600 ml / LMulti usages : pour fleurs annuelles, vivaces et potager
Adapté aussi bien aux plantations en pleine terre que pour les jardinières
Substrat Regarnissage Gazon8528 ml / LPour rénovation de gazons de golf et terrains de sport


>> Téléchargez le tableau



En conclusion, si vous plantez en bacs et jardinières, il suffit de connaître les besoins de vos plantes et de choisir le terreau répondant à ces besoins. Pour des plantations sur un sol en place, il faudra d’abord évaluer la qualité de la terre, et la préparer en la débarrassant des cailloux, adventices et autres débris. Ensuite, en fonction des caractéristiques des plantations (acidophiles, gourmandes en eau, etc), soit un compost de bonne qualité suffira à apporter tous les éléments nutritifs, soit vous pourrez opter pour un terreau spécifique (comme le substrat Regarnissage gazon).

Et si vous avez des questions ... appelez-nous au 04.72.97.07.86.


Produit ajouté à votre panier

Quantité
Total HT :

Il y a 0 articles dans votre panier. Il y a 1 article dans votre panier.

Total produits HT :
Total HT :
CONTINUER MES ACHATS TERMINER MA COMMANDE