Scroll To Top

Arrosage : optez pour l’efficacité et les économies d’eau

Dossier technique sur les modes d'arrosage

Garder un jardin en bonne santé durant tout l’été passe par un arrosage régulier. Rien de très sorcier : un robinet, un bon tuyau et … du temps peuvent suffire à cet objectif. Mais les enjeux sont ailleurs : limiter la consommation d’eau, poursuivre l’arrosage régulier en cas d’absence, mettre en place un arrosage adapté aux plantations. Pour cela, il existe différents systèmes d’arrosage : automatique, goutte-à-goutte, par aspersion, etc. Dans ce dossier, vous trouverez un aperçu de ces systèmes, de leurs avantages et inconvénients.


Pour installer un système d’arrosage, il faudra commencer par choisir entre un arrosage enterré ou de surface, et ensuite le compléter par un programmateur qui permettra d’automatiser le système et ainsi de maîtriser votre consommation d'eau.



1. L'ARROSAGE ENTERRÉ

Il est constitué d’un réseau de tuyaux enfouis à environ 30 cm dans le sol, ponctués d’arroseurs escamotables (tuyères, turbines) qui émergent en surface au moment de l’arrosage. Mais ils peuvent aussi être raccordés à des arroseurs oscillants. Avantage : un arrosage très discret, sans tuyau visible, sans perturbation esthétique dans le jardin. Cela peut être plus compliqué et coûteux à mettre en place mais totalement adapté pour un jardin d’agrément par exemple.

Quel type d'arroseur choisir ?

C’est la nature de votre terrain qui déterminera le choix de l’arroseur :

  • Pour une petite surface circulaire (pelouse, massifs) : les tuyères fournissent un jet uniforme en pluie fine pour une zone circulaire jusqu’à 5 m. de diamètre. Elles peuvent être réglées précisément, que ce soit en ouverture ou en portée.

  • Pour un gazon (surface jusqu'à 15 m de diamètre) : les turbines simples (jet unique plus puissant et tournant) ou les turbines à jets multiples. Leur ouverture et leur portée sont également réglables.

  • Pour une surface carrée ou rectangulaire (jusqu'à 140 m2) : les arroseurs oscillants (jet en hauteur et en éventail).

Tuyère émergeant du sol pour la durée de l'arrosage

Comment installer un arrosage enterré ?

Si vous n’avez aucune connaissance du système d’arrosage ou si vous n’êtes pas bricoleur, il vaudra mieux vous appuyer sur les conseils d’un pro au moins pour le plan et l’étude technique. Sachant qu’au niveau de la mise en place, il faudra creuser des tranchées sur tout le parcours des tuyaux, ce qui peut être un travail important en fonction de la superficie de votre jardin. Une fois intégré, le parcours du réseau de tuyau ne sera pas modifiable, à moins de rouvrir les tranchées, il s’agit donc d’un système d’arrosage assez figé.



2. L'ARROSAGE AÉRIEN (OU DE SURFACE)

Ce qui caractérise l’arrosage de surface, ce sont les tuyaux posés sur le sol (donc visibles) et le mode de dispersion de l’eau. Celui-ci peut prendre 2 formes :

  • PAR ASPERSION : les tuyaux se terminent par un asperseur fixe ou mobile qui va arroser en pluie toute la surface. C’est donc un arrosage en douceur et par le haut, ce qui conviendra notamment aux pelouses.

  • PAR IRRIGATION : c’est un système de goutte à goutte qui permet d’arroser de façon régulière sur une durée longue, avec une faible pression, et directement au pied de la plante, au plus près des racines.

    Avantages de l’irrigation :

    • efficacité maximale
    • souplesse de mise en place
    • facilement extensible
    • économie d’eau (donc écologique)
    • apport dosé sans risque d’évaporation de l’eau

    Ce type d’arrosage ciblé est recommandé pour les potagers, et tout type de plantations en général, y compris les murs et toitures végétalisés ou les jardins verticaux. Etant donné la diffusion facilitant une bonne hydratation du système racinaire, il sera aussi adapté pour les régions sèches et arides, et les sols sablonneux.

    Autre avantage : la possibilité d’ajouter une réserve de fertilisants et d’engrais minéraux à l’eau distribuée, pour une optimisation des soins à la plante.

    Par contre, le principal inconvénient de l’arrosage goutte-à-goutte, c’est le risque d’obstruction des tuyaux par le tartre si votre eau est calcaire. Un entretien régulier reste nécessaire en prévention.

Arrosage par aspersion : choisir votre asperseur

Ici aussi, le choix dépendra surtout de la forme de la parcelle à arroser :

  • pour une surface circulaire (ou similaire) : l’idéal sera l’arroseur circulaire (statique ou rotatif) permettant de bien hydrater des massifs de fleurs par exemple.

>> Plus d'infos sur l'arroseur circulaire statique

  • pour une surface carrée ou rectangulaire : il vaut mieux opter pour un arroseur oscillant, constitué d’une ligne de buses d’où est projetée l’eau en hauteur et en éventail.

>> Plus d'infos sur l'arroseur oscillant

  • enfin, dans le cas d’un gazon ou une pelouse : l’idéal sera l’asperseur ou « tourniquet », qui projette de l’eau de manière rotative et régulière pour un arrosage uniforme et un gazon bien vert tout l’été. Par contre, la surface arrosée est circulaire, ce qui ne correspondra pas à toutes les implantations de gazon.

>> Plus d'infos sur l'asperseur sur pic

Arroseur oscillant rectangulaire

Alimenté par un réseau de tuyaux, ces différents arroseurs peuvent aussi être reliés à un programmateur pour optimiser l’utilisation de l’eau.

Pour relier vos tuyaux : quels raccords ?

Les principaux raccords ont chacun une fonction spécifique :

  • raccord en coude : pour effectuer un changement de direction,
  • raccord en manchon : pour relier 2 tuyaux de même diamètre,
  • raccord en T : pour associer 3 tuyaux de même diamètre,
  • raccord en Y : pour mettre en place une dérivation de deux ou trois tuyaux de même diamètre.

A noter : les raccords cannelés s’utilisent avec des clips de serrage pour renforcer leur solidité et leur étanchéité, tandis que les raccords à compression se suffisent à eux-mêmes.

>> Découvrez tous nos raccords

Irrigation : quel type de tuyaux ?

En optant pour l’irrigation, vous pourrez encore affiner le mode d’arrosage en fonction du tuyau choisi :

  • des tuyaux perforés (ex. Dripline) : ils diffusent l'eau goutte à goutte à travers des trous réguliers et équidistants sur toute la longueur du tuyau.

>> Plus d'infos sur les tuyaux Dripline

  • des tuyaux micro-poreux : utilisables en surface, ils diffusent l’eau à même les micros pores du tuyau, sans installer de goutteurs. Ils « suintent » l’eau sur toute la longueur du tuyau, mais sans possibilité de réglage. Ils sont adaptés pour les cultures en ligne serrée ou plate-bande. Attention : ils nécessitent d’être nettoyés souvent car ils se bouchent facilement.

>> Plus d'infos sur les tuyaux poreux

Le système goutte à goutte est recommandé pour : les rosiers, les aromates, les jardinières, les jeunes arbustes, les jeunes haies, le potager, les murs végétalisés et jardins verticaux. Il s’installe à partir d’un nez de robinet extérieur duquel partent des tuyaux généralement en polyéthylène noir anti-algues et résistant aux UV. Il faut souvent prévoir des raccords pour les jonctions de plusieurs directions, ou de plusieurs tuyaux.



3. LE PROGRAMMATEUR : POUR ADAPTER ET OPTIMISER L'APPORT D'EAU AU JARDIN

Que ce soit pour un arrosage de surface ou enterré, la programmation fonctionne avec un appareil programmateur, des vannes (pour contrôler la circulation de l'eau), et des arroseurs. Elle permet d'approvisionner votre jardin en eau de façon autonome, mais surtout d’adapter et réguler l’arrosage au niveau de la fréquence et de la durée, et en fonction des conditions climatiques. Avantage : des économies d’eau importantes et des plantations en pleine forme ! Par exemple, programmer l’arrosage à l’aube et au crépuscule, lorsque les températures baissent, évite les pertes dues à l’évaporation. Cela préserve aussi les plantations des maladies et champignons qui se développent dans une atmosphère humide et chaude.

Le programmateur permet de régler principalement :

  • L’heure de mise en route du système
  • La durée d’arrosage
  • La rotation du jet
  • La fréquence

Plus ou moins perfectionné selon le modèle, le programmateur permet d’arroser jusqu’à 6 zones différentes (pelouse, massifs de fleurs, potager, herbes aromatiques, etc). Il peut fonctionner avec des piles, ou l’énergie solaire, sans fil, avec transformateur intégré ou séparé.

Les électrovannes sont le complément indispensable du programmateur : ces robinets sont enterrés dans le jardin, dans un regard adapté, c'est de là que partent les différents réseaux de tuyaux. Elles peuvent être commandées manuellement ou électriquement par le programmateur.

La programmation est idéale pour les sols sablonneux et imperméables : les sols sablonneux drainent trop vite l’eau d’arrosage, qui descend rapidement dans les couches profondes de la terre sans profiter aux racines des plantes. À l’inverse, les sols perméables comme l’argile lorsqu’ils reçoivent une grande quantité d’eau vont faire une sorte de croûte et empêcher l’eau d’arrosage de pénétrer. L’irrigation automatique compense ces phénomènes.

>> Découvrir nos programmateurs



4. INSTALLER VOTRE SYSTÈME D'ARROSAGE

Les critères à prendre en compte

Installer un système d’arrosage intégré, exige de prendre en compte plusieurs critères techniques :

  • Votre type de sol : le sol idéal est limoneux car il favorise une bonne rétention de l’eau. S’il est sableux, l’eau traversera sans vraiment hydrater, s’il est argileux c’est l’inverse : l’eau risque de rester concentrée dans la couche supérieure et ne pourra pas humecter les racines correctement.
  • La pression de l’arrivée d’eau : elle se situe généralement entre 2 et 3 bars (vous pouvez la mesurer plus précisément avec un manomètre)
  • Le climat de votre région
  • Les dimensions de la zone à arroser
  • Le type de plantations et ses besoins en eau
  • L’alimentation en eau : localisation du robinet par rapport au jardin et au système d’arrosage, le débit et la pression de l’eau
  • et aussi … le budget dont vous disposez. Toutefois, nous vous recommandons d’investir dans un matériel de qualité qui sera plus durable

Etablir un plan

Avant d’acheter le matériel, effectuez un plan schématisé de votre jardin sur du papier millimétré en indiquant les zones à arroser, les obstacles (végétaux de grande taille, murets, haies, arbres, etc), les parties ne nécessitant pas d’arrosage, le point d’alimentation en eau, les éventuelles différences de niveau du terrain par rapport au point d’alimentation, les distances pour les tuyaux.

Vous pouvez raccorder votre système d’arrosage automatique à un puits ou une réserve d’eau, et lui associer aussi une sonde d’humidité pour un déclenchement automatique de l’arrosage si le sol est trop sec. Le pluviomètre, quant à lui, permet d’arrêter automatiquement l’arrosage dès qu’il pleut.

A titre indicatif : quelle quantité d’eau est nécessaire pour l’arrosage :

  • d'une pelouse : entre 0 et 5 l/m2 et par jour
  • d'arbustes : jusqu’à 20 l par semaine
  • du potager : 10 l/m2 et par jour


En conclusion, concevoir et mettre en place votre arrosage peut sembler compliqué ou fastidieux … Mais une fois opérationnel, ses bénéfices vous enchanteront : économie d’eau, gain de temps, jardin verdoyant même au cœur de l’été, potager productif, … Et le travail d’entretien, bien qu’indispensable, reste lui aussi léger et peu accaparant.

Nous sommes là pour répondre à vos questions : 04.72.97.07.86.


Produit ajouté à votre panier

Quantité
Total HT :

Il y a 0 articles dans votre panier. Il y a 1 article dans votre panier.

Total produits HT :
Total HT :
CONTINUER MES ACHATS Voir mon panier